UA-113291533-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/10/2015

Les Qopiwini auront-ils gain de cause ?

Ils sont là depuis déjà 6 mois dans leurs tentes de fortune. Ils occupent un point stratégique de la ville, l’intersection Avenida de Mayo et 9 de Julio ; meilleure visibilité ils pourraient difficilement avoir. Qui sont-« ils » ? Ce sont les représentants des communautés indigènes de Formosa,  Qom, Pilagá, Wichi et Nivacle, réunies dans l’organisation « Qopiwini ».

A une semaine de la journée de la diversité (jour férié célébré le 12 octobre), et quelques jours après leur dernier feu de camp ayant bloqué la 9 de Julio, voici quelques clés pour comprendre leurs revendications et les problèmes auxquels ces communautés indigènes du Nord de l’Argentine sont confrontées.

qopiwini, qoms, communautés indigèes argentine, cristina kirchner, droit des peuples idnigènes, mapuche, expropriations terre argentine
Campement Qopiwini, 9 de Julio

Photo : Isabelle Laumonier

 

Lire la suite

01/03/2015

Ouverture de l’année législative et démonstration du kirchnérisme

A grands renforts de pétards, de canonnades, de musique à plein, de tambours et de chants militants, l’année législative s’est ouverte ce matin au Congrès, en présence de la présidente argentine. A cette occasion, le kirchnérisme a réalisé une véritable démonstration de force.

Discours-fleuve de Cristina Kirchner aux députés et foule considérable sur la Place du Congrès. De Buenos Aires et des provinces, les kirchnéristes ont fait savoir qu’ils représentaient toujours un pouvoir incontournable. La présidente a quant à elle fait un bilan détaillé de son action ; oratrice hors pair –quoi qu’on pense d’elle-, elle a provoqué l’enthousiasme de ses partisans à travers ses différentes annonces et sa capacité à susciter le rire et l’émotion. 

Foule COngrès 1er mars.jpg

Lire la suite

19/02/2015

#18F. No se suspende por lluvia...

Impressionnante, la mobilisation des Porteños ce soir, en hommage au procureur Nisman, mort il y a un mois dans des circonstances extrêmement mystérieuses, et chaque jour plus confuses. La marche silencieuse a rassemblé à partir de 18h des milliers d’Argentins, le tout sous une pluie battante. 400 000 personnes selon les dires des organisateurs se sont retrouvées à cette marche impulsée par les procureurs de Buenos Aires.

 

18F Saenz Pena.jpg

Lire la suite

19/11/2013

Portrait d'Axel Kicillof, nouveau ministre de l'économie

42 ans, marié, deux enfants, et fraîchement émoulu ministre de l’Économie… Axel Kicillof affiche un parcours sans faute au sein du kirchnérisme. D’où vient-il et comment est-il arrivé aussi vite à ce poste-clé ? Décryptage.

Axel-Kicillof-nouveau-ministre-économie-argentine.jpg


Lire la suite

29/12/2012

Fin d'année animée !

L’année 2012 tire à sa fin… et ces dernières semaines en Argentine ont encore été l’occasion de nombreux rebondissements.

Expropriation de La Rural

En avril, l’expropriation d’YPF, la société pétrolière argentine qui avait été vendue à l’espagnole REPSOL sous l’ère Menem, avait fait couler beaucoup d’encre… Cristina Kirchner a remis le couvert en cette saison de fêtes.

la-rural palermo.JPGLe 20 décembre, le gouvernement annonçait l’expropriation de « La Rural », un centre d’exposition (connu essentiellement pour son salon de l’agriculture) situé en plein Palermo, l’un des quartiers chic de Buenos Aires. Pour de nombreux commentateurs, il s’agissait là pour le gouvernement de rappeler son pouvoir, alors qu’il venait d’essuyer un échec important avec le report de l’application de la loi des médias.

 Le gouvernement Kirchner a toujours été opposé aux très puissants lobbys agricoles argentins, qui n’ont pas manqué de protester vertement lors de l’annonce de l’expropriation.


Revers du gouvernement dans sa lutte contre le groupe Clarin

Le 7D (7 décembre) aurait dû être un jour de triomphe pour le gouvernement. Ce jour-là, devait voir la dissolution du « monopole » du groupe Clarin, propriétaire du quotidien Clarin mais aussi d’une véritable nébuleuse de médias.

 Groupe Clarin monopole.jpg

 

Le quotidien Clarin est le journal le plus populaire d’Argentine ; associé à la myriade d’autres journaux, de radios, de canal de télé qu’il possède, il se présente comme la voix de l’opposition au kirchnérisme.

Grâce à de nombreuses actions en justice et semble-t-il de forts appuis au sein du pouvoir judiciaire, le groupe Clarin est parvenu à faire reporter la loi.

L’opposition entre le gouvernement et le groupe Clarin n’a cessé d’enfler depuis 2008, date à laquelle les bonnes relations entretenues entre les Kirchner et Clarin ont soudain pris fin… pour une raison inconnue (les relations entre Hector Magnetto, co-propriétaire de Clarin et Nestor Kirchner étaient jusque là excellentes, les deux hommes ayant de nombreux tête-à-tête).

Aujourd’hui, c’est une véritable guerre verbale et judiciaire que se livrent et Ernestina Herrera de Noble, propriétaire majoritaire de Clarin.

Le quotidien Clarin est le journal le plus populaire d’Argentine ; associé à la myriade d’autres journaux, de radios, de canal de télé qu’il possède, il se présente comme la voix de l’opposition au kirchnérisme.

L’histoire de Clarin et ses relations avec le pouvoir sont particulièrement compliquées. Il est généralement reconnu que Clarin était très proche de la dictature. En 2002, les Grands-mères de la place de mai ont d’ailleurs porté plainte contre Herrera de Noble, en l’accusant d’avoir adopté des enfants de disparus (ce qui a été infirmé par des tests ADN, en octobre 2012).

 

La saga judiciaire Kirchner-Clarin se poursuivra en 2013… Qui aura le dernier mot ?

 

 

27/10/2012

La liberté dans les serres des vautours...

Insolite, exotique, ou juste tristement actuelle ? Cette nouvelle a fait la Une de tous les journaux argentins cette semaine. Un hedge fund proche du milliardaire Paul Singer a fait main basse sur la frégate Libertad, l’un des joyaux de la marine argentine… dans le port de Tema au Ghana ! Un point sur cette histoire rocambolesque.

Frégate Libertad entière.jpg

La frégate Libertad : un vrai butin

C’est un fameux 3 mâts…, comme dit la rengaine. Le Libertad est un vaisseau-école appartenant à la marine argentine. Achevé en 1963, il a accueilli au total plus de 11 000 marins qui se sont formés à son bord. Ce bateau à voile croise les eaux du globe tout au long de l’année et participe régulièrement à des régates de prestige.

Carte Afrique focus Ghana.jpgQue s’est-il donc passé à Tema ?

Le port de Tema est situé à l’est d’Accra, la capitale du Ghana. Début octobre, alors que la frégate Libertad y avait accosté, un juge ghanéen a accédé à la demande du fonds NML, basé aux îles Caïman, d’interdire à la frégate de repartir et d’en prendre possession. Durant 3 semaines, la totalité de l’équipage, soit plus de 330 marins, sont restés à son bord, jusqu’à ce que 280 d’entre eux soient finalement rapatriés par vol Air France, ce jeudi 25 octobre, à Buenos Aires. Le commandant et 40 hommes sont toujours sur le navire.

 

Mic-mac financier et liberté sacrifiée

Frégate Libertad.jpgLe fonds NML souhaite s’accaparer le navire au nom des dettes que lui doit l’Etat argentin. En effet, ce hedge fund avait acheté en 2000, 370 millions de dollars de bons du trésor argentin ; une somme que l’Etat n’a jamais remboursé après le désastre financier 2001, qui s’était traduit par un défaut de paiement.

Depuis l’immobilisation  de la frégate militaire dans le port de Tema, Cristina Kirchner s’en est très violemment prise à ce « fonds vautours ». De fait, de nombreux actifs argentins sont régulièrement la cible de gros créditeurs, qui cherchent à tout prix à récupérer leur mise, perdue en 2001.

Le magazine Forbes raconte qu’en 2007, Elliott Capital (dont NML est une filiale) avait tenté de mener une action judiciaire contre l’avion présidentiel argentin qui devait effectuer des opérations de maintenance aux Etats-Unis. En 2009, c’est le stand de l’Argentine au salon du Livre de Francfort ainsi que des œuvres d’art, qui ont failli être saisies.

Fonds vautours.jpg

Eternelle et terrible question de la dette… quand des fonds privés finissent par étrangler des Etats. On touche ici à ce qu’a de plus dévastateur la finance internationale. Paradis fiscaux, fonds rapaces… A qui profite le système ? En attendant, la Liberté est à l’ancre, victime sacrificielle placée sur l’autel du dieu Argent.