UA-113291533-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/04/2016

La Barrick Gold condamnée... mais cela suffit-il ?

Nous vous avions parlé l'année dernière de la "malédiction de l'or", en évoquant notamment les provinces de San Juan et La Rioja et les mines de Veladero et Pascua Lama. Le sujet a refait surface dans l'actualité ces dernières semaines, puisque début mars, le géant minier canadien Barrick Gold a été condamné à une amende de 145 millions de pesos, et 9 de ses dirigeants locaux ont été condamnés pour négligence. Le motif : la fuite en septembre 2015 de plus d'un million de tonnes d'eau contaminée au cyanure dans les eaux des fleuves environnant la mine de Veladero.

danger cyanure.gif


On en parle guère dans la presse... C'est toujours le drame des provinces éloignées de Buenos Aires; on a souvent le sentiment qu'on peut y agir en toute impunité. Piller les ressources naturelles tout en saccageant l'environnement, le plus souvent avec la bénédiction des gouverneurs locaux, est une pratique des plus courantes. 

Cette fois, la "megamineria" a pourtant été condamnée à une amende pour les dommages environnementaux occasionnés. On pourrait s'en réjouir.

Mais remettons un peu dans le contexte : 145 millions de pesos, cela représente environ 10 millions de dollars au taux du jour. 10 millions de dollars pour un minier dont le chiffre d'affaires en 2015 était de 9 milliards (rapport annuel de Barrick), autant dire que c'est du pipi de chat si l'on me pardonne l'expression. A ce prix-là de l'amende, la multinationale canadienne peut encore contaminer de très nombreux fleuves... 

Le pire, c'est que la quantité réelle de cyanure serait 5 fois supérieure, selon les dires de l'association de défense de l'environnement "Jachal no se toca". L'avocat qui défend cette association locale dénonce également les protections dont bénéficie au niveau local et national le géant minier.

Le gouverneur de la province de San Juan a ainsi incité la population à prendre avec "tranquillité" la contamination au cyanure, et à "éviter ou éliminer la consommation d'eau courante". Eviter, vraiment ? 

 

Comme dans les pays du tiers-monde, l'or en Argentine ne rapporte presque rien à sa population : l'article de Infobae précédemment donné en lien précise que seul 1% de la population travaille dans le secteur minier. Et bien pire, en février dernier, Mauricio Macri annonçait à San Juan qu'il supprimait l'impôt sur les exportations d'or... Autrement dit, les multinationales étrangères peuvent désormais vendre l'or argentin sans reverser 1 centime au pays d'origine...Soi-disant, cette mesure devrait favoriser l'emploi dans le secteur minier... 

 

 

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.