UA-113291533-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/02/2015

#18F. No se suspende por lluvia...

Impressionnante, la mobilisation des Porteños ce soir, en hommage au procureur Nisman, mort il y a un mois dans des circonstances extrêmement mystérieuses, et chaque jour plus confuses. La marche silencieuse a rassemblé à partir de 18h des milliers d’Argentins, le tout sous une pluie battante. 400 000 personnes selon les dires des organisateurs se sont retrouvées à cette marche impulsée par les procureurs de Buenos Aires.

 

18F Saenz Pena.jpg


Le fait qu’ils aient été aussi nombreux à se rendre entre le Congreso et la Plaza de Mayo sous une pluie intense témoigne d’un vrai ras-le-bol de grand nombre d’Argentins. Certes, il s’agissait là d’une demande de justice (« Justicia, justicia », « Nunca mas » ou encore « Nisman, presente » font partie des cris qui ont résonné dans cette marche), mais aussi une demande de changement et une vraie marque de rejet vis-à-vis du gouvernement.

Les Argentins sont depuis la mort du procureur suspendus à cette affaire, dont les rebondissements ne cessent de surprendre. Dire que le scénario est digne d’un roman d’espionnage est peu dire. Jusqu’à aujourd’hui, il semble que l’on n’ait pas encore fini de découvrir tous les fils de cette mort qui semble bien avoir été commanditée.

Et pendant que 400 000 Porteños envahissaient l’Avenue de Mai, la présidente Cristina Kirchner se trouvait elle tranquillement dans sa résidence présidentielle de Chapadmalal, sur la côte atlantique…

18F buenos Aires.jpg

18F el futuro es nuestro.jpg

Congreso 18F.jpg

Plaza de Congreso Buenos Aires.jpg

18F paraguas.jpg

18F Avenida de Mayo.jpg

9 de Julio 18F.jpg

Plegaria Muda 18F.jpg

"Ma plus grande arme est la prière muette" - Ghandi
Aujourd'hui nous sommes tous Nisman
Aujourd'hui nous sommes tous l'Argentine

Affiche collée sur les grilles du Congrès national

 

 

Photos : Isabelle Laumonier

 

Les commentaires sont fermés.