UA-113291533-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/04/2016

Le tango pleure Mariano Mores

Cette semaine s'est éteint à l'âge de 98 ans une véritable icône du tango argentin, le compositeur Mariano Mores. Parmi ces tangos les plus célèbres, il faut citer "Uno" ou encore "Adios Pampa mia". En 2000, il avait été élu meilleur compositeur de tango du siècle, rien que ça ! Je laisse ici la vidéo de "Uno" chanté par Julio Sosa. Quant aux paroles, elles ont été écrites par l'immense Discepolo, dont on avait déjà parlé dans nos chroniques (le fameux auteur de Cambalache).

Pour la petite histoire, en 1927, le professeur de piano de Mariano Mores avait renoncé à poursuivre les leçons en estimant que son élève n'avait pas d'aptitudes pour la musique... 

 

 

 

Je vous livre ci-dessous une traduction des paroles du tango "Uno".


On cherche plein d’espérance
Le chemin que les rêves
Ont promis à nos désirs…
On sait que la lutte est cruelle
Et qu’elle est longue, mais on lutte, on se vide de son sang,
Avec cette foi pour laquelle on s’obstine.
On avance en rampant entre les épines
Et avec le souci de donner son amour,
On souffre et on se détruit jusqu’à comprendre,
Qu’on a perdu son cœur…
Prix du châtiment qu’on paie
Pour un baiser qui n’arrive pas
A un amour qui l’a trompé…
Déjà si las d’aimer et de pleurer
Une telle trahison.

Si j’avais le coeur…
(le coeur que j’ai donné!)
Si je pouvais comme avant
Aimer sans pressentir…
Alors peut-être tes yeux,
qui me crient ton affection
je les fermerais avec mes baisers…
Sans penser qu’ils sont comme ces
Autres yeux, les pervers,
Ces yeux qui ont noyé ma joie de vivre.
Si j’avais le cœur…
(Celui-même que j’ai perdu !)
Si j’oubliais celle qui hier l’a détruit et…
si je pouvais t’aimer…
J’étreindrais ton illusion
Pour pleurer ton amour.

Mais, Dieu t’a placée sur mon chemin
Sans penser qu’il est déjà très tard
Et que je ne saurai comment t’aimer…
Laisse-moi pleurer
Comme celui qui souffre, en vie,
La torture de pleurer sa propre mort…
Pure comme tu l’es, tu aurais sauvé
Mon espérance avec ton amour…
L’on est si seul avec sa douleur…
L’on est si aveugle avec sa peine…
Mais un froid cruel
Qui est pire que la haine
- Point mort des âmes-
Tombe horrible de mon amour,
M’a maudit pour toujours et volé…
Toute illusion !


Texte original sur le très bon site Todo Tango, qui recense des milliers de chansons de tango, avec les paroles, partitions, vidéos et différentes versions !


Traduction de "Uno" : Isabelle Laumonier

Les commentaires sont fermés.