UA-113291533-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/01/2016

Si tu vois le futur, dis lui de ne pas venir

Alors que Mauricio Macri est arrivé aujourd’hui à Davos où sont attendues avec impatience ses interventions, je vous livre ici la traduction d’un article de Jorge Beinstein et Horacio Rovelli (économistes argentins) paru dans “Resumen Latinoamericano” le 18 janvier 2016. Ces deux économistes engagés à gauche livrent un panorama peu reluisant de l’avenir de l’Argentine. On aimerait penser que leur discours est celui d’oiseaux de mauvais augure, mais certains de leurs arguments semblent implacables.

Pour contrebalancer cette opinion, je publierai prochainement un article d’économistes favorables au gouvernement.

 

mauricio macri,président argentin,économie argentine,décret d'urgence,dévaluation,inflation,argentine,crise de gouvernabilité,crise argentine,récession argentine

Lire la suite

21/08/2014

Bienvenue dans le grand 8 argentin !

Entre “terrorisme économique”, méga-émission de pesos, contrôle strict des prix et tentative de règlement de la dette, l’actualité économique est palpitante, tout autant que préoccupante de ce côté-ci de l’Atlantique !

 

La présidente Cristina Kirchner et son ministre de l'économie Kiciloff font désormais feu de tout bois et s’attaque à de nombreux acteurs économiques pour essayer de sortir l’Argentine de l’impasse… Mais ce faisant, n’est-elle pas juste en train de l’enfoncer un peu plus ? 

Kiciloff ministre de l'économie argentine.jpg
Le ministre de l'économie Axel Kiciloff

Lire la suite

10/04/2014

Grève « générale », Buenos Aires ville morte !

Pour le passant non averti, la journée d’aujourd’hui pourrait ressembler à un jour férié… Sauf qu’il n’en est rien. Si les rues de Buenos Aires sont aujourd’hui désespérément vides, c’est parce qu’une grève, initiée par l’omnipuissant responsable du syndicat des routiers, bloque la ville. Et pourquoi donc ? Hugo Moyano est accusé de réaliser une « grève politique ». Qu’en est-il vraiment ? 

Grève générale Buenos Aires Buenos Aires.jpg
Photo : La Nacion

Lire la suite

13/11/2013

Elle court, elle galope, l'inflation argentine...

 Un chiffre symbolique : + 40%.

C’est l’augmentation que vient de connaître le prix du billet de métro à Buenos Aires. Le tarif est ainsi passé de 2,50 à 3,50 pesos, entraînant les foudres des usagers impuissants. La malédiction de l’inflation argentine ne semble pas près de s’éloigner…

Metro Buenos Aires_Wikipedia.jpg

Photo : Wikipedia

Lire la suite

19/08/2013

Videla, dollar, inflation et pêche: brèves d'Argentine!

L’auteur de ce blog étant tombé dans une faille spatio-temporelle (plus identifiable sous le nom de « séjour prolongé en France »), les mises à jour des Chroniques de Buenos Aires en ont quelque peu pâti.

Dieu sait pourtant qu’il s’en est passé des choses depuis les dernières notes.

 

pêche illégale argentine, dollar euro blue, videla, inflationMort du dictateur Videla

Le 17 mai, le dictateur Videla est mort. Ce général, ayant gouverné l’État argentin entre 1976 et 1981 et mis en place le système répressif qui a entraîné la disparition de plus de 30 000 opposants, n’a jamais exprimé de regrets sur ses actes. Condamné à la prison à perpétuité en 2010, Jorge Videla est décédé dans sa cellule à l’âge de 87 ans.

Son nom est à jamais synonyme de barbarie et de vols de bébé.

 


Coût de la vie en Argentine : ça ne s’arrange pas…

Partir près de 3 mois et revenir en Argentine, c’est forcément se confronter à une sévère hausse de prix. L’inflation, comme à son habitude, n’a cessé de galoper. De fait, juillet semble avoir été un mois charnière avec une inflation de 2,55 % sur le mois ; ce qui reste toutefois conforme aux prévisions d’une inflation annuelle de 25%. Pour l’économiste Carlos Melconian, l’inflation sur juillet aurait même été supérieure à 3%.

Côté Indec, l’institut national des statistiques, on chante la même rengaine « non, non rien n’a changé »… L’inflation, à ses dires, serait à peine au-dessus des 10% (on se demande si les statisticiens de l’Indec vivent réellement en Argentine).

Autrement dit, les mesures de congélation des prix mises en place par le gouvernement n’ont eu aucun effet.

pêche illégale argentine, dollar euro blue, videla, inflation


Un simple exemple le prix des taxis à Buenos Aires : il a augmenté de 10% en juillet et connaîtra un nouvel ajustement d’un peu plus de 10% en octobre (soit une augmentation annuelle de 21%... certes un peu en deçà de l’inflation annuelle [selon les économistes non officiels], mais bien au-delà des chiffres de l’Indec).

 


Euro et dollar blue : en direct des cuevas !

Le prix du dollar au marché parallèle s’est stabilisé en dessous du niveau record de mai, où le dollar avait atteint les 10 pesos. À l’heure actuelle, le billet vert se monnaie autour de 8,60 pesos.

Quant au niveau de l’euro blue, il se situe quant à lui autour de 11,50 pesos.

Et les taux de change officiels ? Au jour d’aujourd’hui : 1 $ = 5,59 et 1€ = 7,49.

Autrement dit, la différence entre le taux officiel et le taux « réel » est aujourd’hui d’un peu plus de 50%.

Pour suivre jour après jour l’évolution des taux de change, consultez la page dolargentino.

Touristes en Argentine ?? Emportez des euros avec vous, et changez sur place dans les « cuevas » : c’est le jackpot…

NB : on parle en Argentine de dollar blue ou d’euro blue, pour désigner la valeur de ces devises au marché noir.

 

Corruption argentine : la pêche aussi concernée ?

pêche illégale argentine, dollar euro blue, videla, inflationEn juin, les garde-côtés argentins ont fait main basse sur un navire chinois, pêchant illégalement dans les eaux territoriales (en particulier du poulpe, dont raffolent les Chinois). Jusque-là, todo bien. Si ce n’est que voici déjà plusieurs années que le journaliste argentin Roberto Maturana a révélé toutes les corruptions au sein de la marine argentine (et du gouvernement). De fait, il semble absolument avéré que les navires chinois naviguant en flottille comptent des complices corrompus au sein de la « Préfecture maritime » argentine. Ceux-ci les informeraient dès qu’une patrouille serait sur le point d’intervenir au cours des pêches illégales (généralement nocturnes). 

On détruit bien des ressources halieutiques pour une « poignée » de dollars (certes difficiles à trouver en ces temps de pénurie…).

Et à lire Roberto Maturana, la poignée en question vaut bien quelques millions.

 

 

 

Il y a aussi eu des élections primaires il y a peu… Nous en reparlerons très vite. Cristina Kirchner doit-elle s’inquiéter ?

03/05/2013

1 dollar pour presque 10 AR pesos

Nous y voilà. Le taux de change du dollar blue (au marché noir) frôle aujourd’hui la barre symbolique des 10 pesos, soit près du double du taux de change officiel.

Le ministre de l’économie, Amado Boudou, est intervenu pour dire que les mouvements de devises sur le marché non-officiel étaient « marginaux et spéculatifs ». Ce qui a dû en faire rire plus d’un.

Dollar photo ctv cvn.jpgLa confiance dans le peso argentin est à son niveau le plus bas depuis bien longtemps. Changer des pesos à l’extérieur du pays est désormais devenu quasi impossible, personne ne souhaitant s’encombrer de cette monnaie qui semble partie pour un nouveau plongeon sans fin.

Du côté des Argentins, on cherche de plus en plus à récupérer des dollars, monnaie refuge dans un système économique marqué par une inflation continue et une instabilité de plus en plus grande. Mais acheter des dollars donne chaque jour plus le vertige, tant le prix ne cesse d'augementer.

A l’heure actuelle, la plupart des entreprises étrangères, y compris du Mercosur, refusent d’investir en Argentine, voire repoussent ou annulent des projets, tant les perspectives sont négatives.

Les élections législatives en octobre pourraient bien être le moment-clé de la situation économique. Le gouvernement Kirchner va en effet tout faire pour neutraliser les prix et le taux de change officiel jusque-là. Ce qui s’ensuivra ? Beaucoup parient sur une dévaluation en fin d’année.

En attendant, les touristes venant en Argentine ont bien compris qu’ils n’avaient aucun intérêt à retirer de l’argent au distributeur avec leur carte. A Buenos Aires, les « cuevas » (agences au marché noir) du microcentro ne désemplissent pas. Les rabatteurs, au cri de « cambio, cambio ! », sur la calle Florida, n’ont aucun mal à trouver des clients !

Quant à l'euro, il est aujourd'hui aux alentours du 12 pesos sur le marché parallèle.