UA-113291533-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/01/2016

Si tu vois le futur, dis lui de ne pas venir

Alors que Mauricio Macri est arrivé aujourd’hui à Davos où sont attendues avec impatience ses interventions, je vous livre ici la traduction d’un article de Jorge Beinstein et Horacio Rovelli (économistes argentins) paru dans “Resumen Latinoamericano” le 18 janvier 2016. Ces deux économistes engagés à gauche livrent un panorama peu reluisant de l’avenir de l’Argentine. On aimerait penser que leur discours est celui d’oiseaux de mauvais augure, mais certains de leurs arguments semblent implacables.

Pour contrebalancer cette opinion, je publierai prochainement un article d’économistes favorables au gouvernement.

 

mauricio macri,président argentin,économie argentine,décret d'urgence,dévaluation,inflation,argentine,crise de gouvernabilité,crise argentine,récession argentine

Lire la suite

21/08/2014

Bienvenue dans le grand 8 argentin !

Entre “terrorisme économique”, méga-émission de pesos, contrôle strict des prix et tentative de règlement de la dette, l’actualité économique est palpitante, tout autant que préoccupante de ce côté-ci de l’Atlantique !

 

La présidente Cristina Kirchner et son ministre de l'économie Kiciloff font désormais feu de tout bois et s’attaque à de nombreux acteurs économiques pour essayer de sortir l’Argentine de l’impasse… Mais ce faisant, n’est-elle pas juste en train de l’enfoncer un peu plus ? 

Kiciloff ministre de l'économie argentine.jpg
Le ministre de l'économie Axel Kiciloff

Lire la suite

03/05/2013

1 dollar pour presque 10 AR pesos

Nous y voilà. Le taux de change du dollar blue (au marché noir) frôle aujourd’hui la barre symbolique des 10 pesos, soit près du double du taux de change officiel.

Le ministre de l’économie, Amado Boudou, est intervenu pour dire que les mouvements de devises sur le marché non-officiel étaient « marginaux et spéculatifs ». Ce qui a dû en faire rire plus d’un.

Dollar photo ctv cvn.jpgLa confiance dans le peso argentin est à son niveau le plus bas depuis bien longtemps. Changer des pesos à l’extérieur du pays est désormais devenu quasi impossible, personne ne souhaitant s’encombrer de cette monnaie qui semble partie pour un nouveau plongeon sans fin.

Du côté des Argentins, on cherche de plus en plus à récupérer des dollars, monnaie refuge dans un système économique marqué par une inflation continue et une instabilité de plus en plus grande. Mais acheter des dollars donne chaque jour plus le vertige, tant le prix ne cesse d'augementer.

A l’heure actuelle, la plupart des entreprises étrangères, y compris du Mercosur, refusent d’investir en Argentine, voire repoussent ou annulent des projets, tant les perspectives sont négatives.

Les élections législatives en octobre pourraient bien être le moment-clé de la situation économique. Le gouvernement Kirchner va en effet tout faire pour neutraliser les prix et le taux de change officiel jusque-là. Ce qui s’ensuivra ? Beaucoup parient sur une dévaluation en fin d’année.

En attendant, les touristes venant en Argentine ont bien compris qu’ils n’avaient aucun intérêt à retirer de l’argent au distributeur avec leur carte. A Buenos Aires, les « cuevas » (agences au marché noir) du microcentro ne désemplissent pas. Les rabatteurs, au cri de « cambio, cambio ! », sur la calle Florida, n’ont aucun mal à trouver des clients !

Quant à l'euro, il est aujourd'hui aux alentours du 12 pesos sur le marché parallèle. 

 

19/04/2013

18A, réforme de la justice et scandale « dinero K »

 

Nouveau cacerolazo géant prévu ce soir sur la place de Mai, en réponse à la réforme de la justice préparée par le gouvernement Kirchner… Le reportage de Lanata (« La ruta del dinero K », diffusé dimanche dernier sur un scandale financier lié à des proches de CFK, a jeté un peu plus d’huile sur le feu.

justicia.jpgContrairement aux manifestions massives du 8N, la marche prévue ce soir se réunira non seulement à l’appel de membres de la société civile, mais également à l’appel des principaux partis et syndicats d’opposition. Mauricio Macri, Elisa Carrio, Hugo Moyano ont demandé à tous leurs partisans de se mobiliser ce soir.

Principal sujet de contestation : la réforme de la justice. Le gouvernement Kirchner présente la réforme comme une lutte contre la corruption et le népotisme… et de fait, le système judiciaire argentin est loin d’être un exemple de transparence, de décisions impartiales, en un mot un exemple de justice. Une réforme est donc nécessaire.

Mais pour les opposants, le projet du gouvernement est une atteinte à la séparation des pouvoirs. Il ne viserait qu’à favoriser les kirchnéristes au sein de la magistrature. En effet, le point le plus contesté est l’élection par le vote populaire des membres du Conseil de la magistrature. 

Hasard de calendrier ou coïncidence heureuse pour les opposants, le très célèbre journaliste d’investigation Jorge Lanata a rendu publique ce Jorge Lanata Periodismo para todos.jpgdimanche une enquête sur un personnage très proche des Kirchner, Lazaro Baez, qui aurait fait sortir du pays via la société financière La Rosadita, plusieurs millions de dollars. A une époque où l’AFIP renforce de manière extrême ses contrôles, voilà qui bien sûr n’a pas manqué de scandaliser tous les critiques du gouvernement, et au-delà, les partisans K soucieux de transparence politique.

Les citoyens mécontents en Argentine ne cessent plus de se faire entendre… Il faut dire que la plupart des voyants économiques du pays sont au rouge : les devises connaissent une flambée sans pareil au marché noir, les libertés semblent de plus en plus atteintes (+20% sur tous les billets d’avion pour partir à l’étranger), les investissements étrangers sont en recul constant...

Mais le gouvernement essaie de maintenir le cap (et d’éviter la dévaluation), avant les prochaines élections d’octobre pour les gouverneurs de province.