UA-113291533-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/03/2012

L’Argentine en voie de vénézuelisation ?

On sait que Cristina Kirchner entretient des liens cordiaux, avec son homologue Hugo Chavez. Au point de s’en inspirer très directement ? Hier, les gouverneurs des provinces du Chubut et de Santa Cruz, kirchnéristes convaincus, ont retiré à l’entreprise espagnole Repsol, 4 exploitations de gisement de pétrole.

Le pétrole, le point sensible de l’Argentine

puits-pétrole.jpgL’Argentine, depuis plusieurs mois, met tout en œuvre pour équilibrer sa balance commerciale. On a déjà parlé ici de l’entrée en vigueur de la Declaracion Jurada Anticipada, mesure protectionniste, qui met les importateurs dans une situation extrêmement délicate, puisque les stocks pour l’heure ne rentrent plus ou au compte-goutte.
Voici que désormais le gouvernement s’attaque à la question de l’énergie. Il est vrai qu’en matière énergétique, l’Argentine est nettement déficitaire. En 2012, les importations énergétiques pourraient s’élever à 9 milliards de dollars.

Dès son investiture en octobre, Cristina avait pointé du doigt la chute de la production et les trop faibles niveaux d’investissement des entreprises pétrolières installées en Argentine. Hier, Repsol/ YPF en a donc fait les frais. Le gouverneur de Santa Cruz, Daniel Peralta, a ainsi affirmé : « Aujourd’hui, nous venons pour dire stop aux politiques qui nous ont conduits au chômage et à l’inégalité sociale, qui ont retiré des ressources aux provinces et aux municipalités. Aujourd’hui, les habitants de Chubut et de Santa Cruz, nous venons dire qu’il faut récupérer la souveraineté en matière d’énergie ». (source : El Pais)

Le lancinant problème d’YPF

YPF (Yacimientos petroliferas fiscales) a été créée en 1922. Cette entreprise publique argentine avait pour objectif l’exploitation des ressources pétrolières du pays. Dans les années 90, sous l’ère Menem marquée par un vaste mouvement de privatisation, YPF fut transformée tout d’abord en Société Anonyme, avant d’être totalement privatisée, à travers la vente à l’espagnol Repsol pour 9 milliards de dollars.

Instalaciones-YPF.jpgPour la majorité des Argentins, YPF devrait retourner dans le giron national. Autant dire que la décision prise hier par les gouverneurs de Chubut et de Santa Cruz est donc extrêmement populaire…

Il reste à savoir comment les 2 provinces comptent opérer pour améliorer les niveaux de production sur les gisements retirés à Repsol.

Quelles sont les ressources naturelles de l’Argentine en matière d’énergie ?

L’Argentine dispose de plusieurs types de ressources naturelles, en matière énergétique :
-    Des gisements de pétrole et de gaz. Les principaux gisements de pétrole argentins exploités aujourd’hui se trouvent dans le Nord-Ouest (NOA), à Cuyo, Neuquen, dans le Golf de san Jorge et en territoire austral.
-    De puissants fleuves : Parana, Uruguay, … capables de produire de l’énergie hydroélectrique,
-    Des régions extrêmement ensoleillées, telles que Cuyo, la Puna, la Cordillère orientale, aptes  fournir de l’énergie solaire,
-    Des zones très venteuses, comme l’immense Patagonie
-    Un littoral avec de fortes amplitudes de marées qui permettraient la mise en œuvre d’énergie marémotrice
-    Et enfin des volcans, qui peuvent être utilisés sous forme d’énergie géothermique

Source

Atucha.jpg

Il est à noter que l'énergie renouvelable ne semble pas une priorité argentine...En revanche, pour lutter contre le déficit énergétique, l’Argentine semble miser sur l’énergie nucléaire. La politique nucléaire de l’Argentine s’est développée à partir des années 50, avec la création de la Commission Nationale de l’Energie Atomique.

Il n’existe à l’heure actuelle que 2 centrales en Argentine : Atucha 1, dans la province de Buenos Aires, et Embalse, dans la province de Cordoba. Un projet Atucha 2 est en cours de construction, mais connaît de nombreux retours dus à des problèmes économiques et à la très ferme protestation de nombreux Argentins qui s’élèvent contre la construction d’une centrale près d’une ville de 14 millions d’habitants.

L'image internationale de l’Argentine bientôt ou déjà ternie ?

La décision des gouverneurs de Chubut et de Santa Cruz est une mesure particulièrement agressive. Repsol/ YPF a d’ailleurs annoncé que tous les moyens légaux seraient envisagés pour que cette annonce ne soit pas suivie des faits.

L’Argentine vit à l’heure actuelle un durcissement sévère de sa politique à l’égard des entreprises étrangères, souvent accusées de tous les maux. S’il est sans doute vrai que certaines ont pu spéculer contre le pays, ou contribuer à une évasion très significative de devises, on peut toutefois se demander si l’attitude très belliqueuse de Kirchner et de ses supporters sera in fine bénéfique au pays.

Dans un contexte déjà très marqué par les constantes déclarations et revendications sur les Malouines (dont il faut rappeler que le pétrole est l’un des enjeux),  il y a fort à parier que l’image internationale de l’Argentine risque de se dégrader de manière sérieuse.

26/02/2012

The Artist et son actrice argentine...

The Artist - Jean Dujardin - Bérénice Béjo.jpegSi le film de Michel Hazanavicius, The Artist, remporte ce soir l'oscar du meilleur film, l'Argentine pourra un peu s'en enorgueillir !

En effet, Bérénice Béjo, l'actrice principale du film possède la double nationalité. Elle est née en 1976 à Buenos Aires, que ses parents ont fui 3 ans plus tard durant la dictature militaire.

23/02/2012

L'Argentine sous le trait de Pénélope Bagieu

Argentine-Pénélope Bagieu.JPGPénélope Bagieu, auteur de BD désormais cultes (Ma vie est tout à fait fascinante; Joséphine), était en vacances en Argentine, il y a peu. Elle a croqué le pays et ses habitants sous sa délicieuse plume.

Drôles et percutantes, ses planches sur la "bouffe", Buenos Aires, et la découverte du pays, en raviront plus d'un !

 

(dessin extrait de la plance L'Argentine#1)

Sécheresse d'Iphone en Argentine !

Protectionnisme, IphoneC'est le Wall Street Journal qui utilise l'expression. La sécheresse en question est le résultat de la politique ultra-protectionniste pratiquée par le gouvernement. L'Iphone n'étant pas produit en Argentine, il n'y sera pas vendu !

Si Blackberry s'est pliée aux règles du jeu en installant une usine en Terre de Feu, Apple ne souhaite pas franchir ce pas.

 

Comme nous le soulignions déjà dans un précédent article, c'est bien le consommateur argentin qui in fine fait les frais des mesures visant à équilibrer la balance commerciale argentine.

10/02/2012

Malouines, l’Argentine ne désarme pas

Dans un précédent post, nous faisions état du regain de tensions visible dès 2011, entre l’Argentine et le Royaume-Uni, au sujet des Malouines (Falklands). Le sujet n’a depuis cessé d’occuper le devant de la scène.
Après avoir convaincu ses partenaires du Mercosur d’empêcher l’accès de leurs ports aux bateaux battant pavillons « Falklands », l’Argentine chercherait à bloquer l’unique vol qui relie chaque semaine les Malouines au continent. Le vol est opéré par LAN et assure la liaison Punta Arenas (Chili) – Port Stanley (Malouines), en passant par l’espace aérien argentin.

Le « blocus commercial », imposé du fait de l’impossibilité pour les bateaux d’effectuer l’aller-retour entre les îles et la côte atlantique, limite déjà l’approvisionnement pour certaines denrées. Si, de fait, le vol de LAN devenu l’unique accès au continent est désormais coupé, la situation pourrait très rapidement devenir compliquée pour les habitants des Malouines.

blocus économique,malouines,argentine,falklands,militarisation,conflit,hms dauntlessAlors que cette année coïncide avec le 30e anniversaire de la guerre, Cristina Fernandez de Kirchner fait des Malouines un sujet brûlant… et feu de tout bois ! L’annonce concernant le vol de LAN est intervenue suite à l’envoi par la marine anglaise d’un de ses bateaux de guerre les plus modernes, le HMS Dauntless (photo), dans les eaux territoriales des Falklands. La présidente argentine a très fermement condamné la présence de ce navire militaire, ce à quoi le gouvernement Cameron a répondu que le HMS Dauntless était dans l’Atlantique Sud pour 6 semaines, dans le cadre d’exercices prévus depuis des mois. L’arrivée de ce navire, à bord duquel se trouve le Prince William, était en effet connu depuis le dernier trimestre 2011.

Il y a fort à parier que le gouvernement Kirchner va continuer d’intensifier ses prises de position diplomatiques en faveur des Malouines dans les semaines à venir. Le conflit avait été déclenché le  2 avril 1982 ; le 2 avril 2012 pourrait donc être le point d’orgue de la campagne kirchnériste.

 

Et pendant ce temps-là, comment va l’économie argentine ? Protectionnisme et contrôle des devises renforcés, baisse drastique des subventions publiques, inflation permanente…

En savoir plus :
-    Les Malouines souffrent déjà du blocus commercial (La Nación)
-    Londres craint le blocus économique argentin aux Malouines (RPP, Pérou)
-    [CFK] Aux Nations-Unies contre la militarisation des Iles (Pagina 12)

07/02/2012

Etre importateur en Argentine : un challenge de plus en plus relevé

L’Argentine n’en finit pas de chercher des moyens pour équilibrer sa balance commerciale. Déjà adepte des mesures protectionnistes, le gouvernement vient d’en rajouter une à son arsenal. Depuis le 1er février, toutes les entreprises importatrices installées en Argentine doivent se soumettre au régime de la Declaración Jurada Anticipada de Importacion (mise en place par l’AFIP).

La DJAI comporte notamment la valeur des biens importés, le type et la quantités des biens importés, l’état de la marchandise, le pays d’origine (de fabrication) et le pays d’où la marchandise arrive.

Parallèlement à la DJAI, les importateurs devront faire parvenir au Secrétariat du Commerce Extérieur une demande dans laquelle ils précisent ce qu’ils souhaitent acheter à l’extérieur.

Les importateurs ont rapidement fait part de leurs inquiétudes quant aux délais de traitement des demandes dans ce contexte de contrôle renforcé, et quant aux éventuelles causes de refus de la part des instances gouvernementales.

Très rapidement, certains pays du Mercosur, dont le Brésil et l’Urugay, ont également manifesté quelques interrogations à l’égard de la DJAI, qui semble peu compatible avec l’idée du Mercosur. Pour apaiser rapidement les craintes, une réunion a été organisée aujourd’hui même entre la secrétaire du commerce extérieur argentine, Beatriz Aglieri , et son homologue brésilienne Tatianza Prazeres.  C’est le sujet de l’industrie automobile qui a été le cœur de cette première rencontre ; une 2e suivra dans deux semaines.

L’AFIP et le Secrétariat du Commerce Extérieur insistent sur la nécessité de lutter contre le déficit commercial de l’Argentine. Quant au consommateur argentin, ne sera-t-il pas le grand perdant de toutes ces tractations ?

 

> En savoir plus

> Consulter la circulaire d'application de la Declaración Jurada Anticipada de Importacion (DJAI)