UA-113291533-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/03/2014

C’est fini les vacances…

Samedi dernier, toute de blanc vêtue, Cristina Kirchner a inauguré la reprise des sessions ordinaires du parlement. 150 000 partisans étaient regroupés devant le Congreso pour soutenir la présidente argentine, qui a discouru près de 3 heures durant, défendant son bilan, ses projets et critiquant avec vigueur ceux qui s’en prennent au porte-monnaie de ses concitoyens…

CFK arrivée au Congrès.png

Source photo : Casa Rosada


L’économie au cœur du discours de Cristina Kirchner

Évidemment, impossible de faire l’impasse sur l’économie. C’est le sujet n°1 dans les taxis, les couloirs, sur les trottoirs, dans les foyers… bref, tout le monde ne parle que de ça.

Toutefois, c’est sous un angle positif que la présidente a abordé ce sujet : elle s’est félicitée de la croissance argentine et de l’inclusion sociale toujours plus grande… et ce en s’appuyant, très astucieusement sur un rapport de la Banque Mondiale, qui prévoit également une croissance de 2,6% du PIB argentin en 2014 (2,8% si on regarde ici).

Ce que CFK n’a bien sûr pas précisé, c’est que ce chiffre correspond à un fléchissement de la croissance ; puisqu’en 2013, l’institution de Washington évaluait à 5% la croissance du PIB argentin.

En remerciant Dieu (« gracias a Dios »), CFK a d'autre part annoncé une récolte prévisionnelle de soja de 55 millions de tonnes, un véritable record pour l’Argentine… et une véritable aubaine pour les caisses de l’État si la prédiction se réalise. Rappelons que les réserves de la banque centrale argentine ont considérablement fondu en 2013.

récolte soja.jpg

Cristina Kirchner s’est attaquée aux sujets fâcheux : elle s’en est prise encore une fois aux « formateurs de prix », ces monopoles et oligopoles fixant des prix présentés comme arbitraires et vidant ainsi les poches de l’Argentin. Particulièrement en ligne de mire, la grande distribution et l’industrie (automobile en particulier).

Pour CFK, il est indispensable de faire figurer dans l’agenda législatif de 2014, des mesures, qui à l’instar de Precios Cuidados, défendront les consommateurs face aux abus.

Petit détail amusant : si le mot « prix » a été cité 8 fois dans son discours, jamais la présidente argentine n’a recouru au terme « inflation », à croire que c’est en ne la mentionnant pas qu’on pourra la faire reculer.

Pour finir sur le chapitre économique, la présidente a souligné que la seule manière durable d’en finir avec les inégalités est le développement du travail légal et déclaré. Difficilement contestable…

 

Le défi énergétique continue

Selon Cristina Kirchner, l’Argentine serait sur le point de connaître une véritable « révolution énergétique ». Après la victoire qu’a constituée la nationalisation d’YPF, les prochaines explorations sur le site de Vaca Muerta promettraient un futur énergétique rayonnant… avec en vue une possible autosuffisance.

Pour rappel le site de Vaca Muerta recèlerait un potentiel considérable en gaz de schiste. L’Argentine serait d’ailleurs après les États-Unis et la Chine, le 3e pays avec les plus importantes réserves de ce gaz hautement controversé. De nombreuses estiment en effet que l’exploitation du gaz de schiste représente de très sérieux dangers pour l’environnement.

YPF équipe de Vaca Muerta.jpg

 Source photo : YPF

 

La communauté Mapuche installée depuis des siècles aux abords du site de Vaca Muerta n’a d’ailleurs cessé de dénoncer les forages prévus dans la région. Mais YPF ne semble guère s’en préoccuper.

 

Justices, mouvements sociaux, Vénézuéla : quelques autres thèmes abordés par CFK

Lors de son discours, Cristina Kirchner dont la verve est toujours intacte, s’en est aussi prise à la Justice… dont la réforme votée par le Parlement n’a pu être mise en œuvre, la Cour Suprême l’ayant déclarée inconstitutionnelle.

Elle a ouvertement critiqué les enseignants qui comptent retarder la rentrée scolaire pour obtenir des augmentations de salaire, en rappelant tout ce qui avait été mis en œuvre pour l’éducation sous son mandat (1700 nouvelles écoles construites, plus de 60 millions de livres distribués, programme de netbooks pour tous…)

Enfin, Cristina Kirchner a réaffirmé son soutien à la démocratie au Vénézuéla, où selon elle un coup d’État « suave » serait en cours.

*

Une chose est sûre, Cristina Kirchner a fait montre d’un optimisme et d’une détermination à toute épreuve, n’hésitant pas à lancer quelques blagues pour faire rire l’audience, et faisant bien sûr –rituel oblige- référence à feu Nestor, son guide, son ange-gardien.

Le message pour les opposants était clair : cette Cristina-là est loin de s’avouer vaincue !

 

> Lire le discours complet

> ou voir la vidéo

 

 

Les commentaires sont fermés.