UA-113291533-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/11/2011

Congés payés et jours fériés en Argentine

En Argentine, le Français s’installant et travaillant en contrat local va vite s’apercevoir avec épouvante du nombre restreint de congés payés ! Celui-ci dépend en effet de l’ancienneté dans l’emploi occupé et s’établit ainsi :

- Moins de 5 ans : 14 jours
- de 5 à 10 ans: 21 jours
- de 10 à 20 ans: 28 jours
- plus de 20 ans: 35 jours

Et la question qui se pose est évidemment la suivante : qui aujourd’hui reste plus de 20 en poste ?
Allons même plus loin, qui reste plus de 5 ans en poste ?

La loi 150 du Code du Travail argentin semble ainsi parfaitement inadaptée à l’évolution du monde du travail !

San Ignacio, Misiones, ArgentinaIl faut par ailleurs souligner que les vacances doivent généralement être prises d’un bloc, et non seulement les besoins (ou envies !) du salarié qui préféreraient fractionner ! La possibilité de fractionner certes existe, mais s’applique généralement aux personnes de plus 5 ans d’ancienneté. Un exemple ici

>> Droit des salariés en Argentine

Sur la route des vacances, Province de Misiones


A ce stade, le moral français habitué aux vacances est en berne !
Heureusement, l’Argentine offre à ses travailleurs 15 jours fériés (11 en  France), ce qui permet tout de même de calmer la fronde rampante !

En voici la liste :

  • 1er janvier : nouvel an
  • 7 et 8 mars : carnaval
  • Vendredi saint
  • 1er mai : fête du travail
  • 8 décembre : Immaculée Conception
  • 25 décembre : Noël

Comme on le voit pas moins de 8 jours fériés sont consacrés à des événements (ou personnages) qui ont marqué l'histoire du pays. On peut supposer que ceci est en lien avec la jeunesse du pays: 200 ans d'indépendance, c'est finalement peu, et cela mérite bien d'être monté en épingle !

En tout cas, à n'en pas douter, cette "avalanche" de jours fériés pour célébrer l'Argentine doit entretenir le patriotisme local !

08/11/2011

Un effondrement d’immeuble sème la pagaille à Buenos Aires

Vendredi dernier, au milieu de la nuit, un édifice de 10 étages en plein coeur de Buenos Aires, s’est effondré pour moitié. Cet événement, qui aurait fait une victime (un homme est porté disparu) attire l’attention sur la vétusté de certains immeubles de cette gigantesque métropole, mais aussi sur la grande désorganisation des infrastructures de transports.

rue coupee Bart mitre.jpgDepuis samedi, se déplacer à Buenos Aires a pris des allures de combats de titans. La rue Bartolome Mitre où a eu lieu le drame est en effet une artère passante; du fait qu’elle soit bloquée par les –difficiles- travaux de démolition, la circulation routière du centre-ville est devenue un véritable capharnaum.

De plus, pour éviter tout risque, la ligne A du metro qui passe sous l’édifice écroulé est désormais arrêtéeà la station Plaza Miserere, soit quelques 4 a 5 stations avant, compliquant de manière certaine les déplacements des Porteños, obligés de se rabattre sur des bus qui empruntent des voies déja sur-saturées….

Pas simple tous les jours la vie a Buenos Aires ¡

> En savoir plus sur le "derrumbe" de Bartolome Mitre

> Communication du gouverment de Buenos Aires sur l’effondrement et l’aide aux personnes évacuées

04/11/2011

Prête à s’en-cannes-ailler

Cristina Fernandez de Kirchner est aujourd’hui à Cannes, où vient de s’ouvrir le sommet du G20 sur fond de tragédie grecque et hystérie mondiale (la criiiiiiiiise).

Côté Argentine, un rendez-vous de ce G20 est particulièrement attendu : la réunion qui aura lieu demain entre la présidente fraîchement réélue et Barack Obama. En effet, cet événement n’a rien d’anodin.

cfk-obama-2.jpgLes relations bilatérales Argentine-Etats-Unis sont tendues depuis quelques années, la Maison Blanche n’ayant pas été une fervente supportrice des mandats Kirchner, dont la politique économique notamment est très éloignée du néo-libéralisme américain.

(photo: CFK et Obama en 2009)

 


La tornade Wikileaks n’a ensuite pas amélioré les choses en exposant au grand jour quelques câbles diplomatiques à la fois méprisants et très soupçonneux à l’égard des hôtes de la Casa Rosada. L’administration diplomatique américaine s’interrogeait notamment sur les soucis intestinaux de Nestor et sur la santé mentale de Cristina (est-elle sous Valium ?!) ; CFK était même présentée comme une possible va-t-en guerre dans un contexte de tensions avec l’Angleterre sur des forages de pétrole aux Malouines.

Au-delà de ces échanges diplomatiques révélés, le dialogue argentino-américain est compliqué par la question de la dette argentine. Les Etats-Unis ont récemment refusé l’octroi de nouveaux crédits à l’Argentine via la Banque Interaméricaine de développement.

Bref. CFK était loin d’être en odeur de sainteté.

Oui, mais voilà, elle vient d’être triomphalement réélue, faisant d’elle l’une des personnalités politiques incontournables du Cône Sud. Il va falloir donc oublier ces incidents wikileaks et ces divergences plus fondamentales en matière économique et idéologique. Mais qu’est la politique, sinon une histoire de petits arrangements ?

Ben Rhodes, conseiller de la Maison Blanche, a précisé que le rendez-vous de Cannes serait l’occasion d’évoquer “[les] intérêts communs en termes de croissance économique et de sécurité des Amériques, ainsi que la coopération sur des thèmes globaux, l’Argentine étant partie prenante du G20 et de nombreuses autres institutions où les deux pays partagent des intérêts communs ».

 

Yep, Bro’, demain, ça va dealer grave !

> Les cables wikileaks concernant l'Argentine

> Composition du G20

02/11/2011

Droit à l'avortement en Argentine : une avancée

Hier, une commission du Congrès argentin a voté en faveur d’un projet de campagne qui crucial pour la vie des femmes : le droit à l’avortement légal, sûr et gratuit (pour les 12 premières semaines de grossesse).

Mesa-de-militantes-630x280.jpgLa Commission de législation pénale en approuvant ce projet vient de donner un immense espoir aux ONG qui soutiennent cette initiative… et de soulever l’ire des mouvements « pro-life ».

Il s’agit d’un premier vote qui devra être validé par deux autres commissions. Le résultat définitif ne sera pas connu avant 2012.

 

> Lire l’article de Pagina 12 sur ce sujet

> Consulter le site de la Campagne pour l’avortement légal, sûr et gratuit 

 

La situation en matière d’avortement en Amérique latine est particulièrement dramatique. Il n’est légal dans aucun pays (exceptions faites de Cuba, Puerto Rico et la ville de Mexico) et il est toléré dans quelques-uns sous des conditions médicales spécifiques (concernant notamment la santé psychique de la femme).

D’après une étude de l’IRD de 2008, qui reprend des estimations de l'Organisation mondiale de la Santé, « environ quatre millions d'avortement à risque, c'est-à-dire dans des conditions d'hygiène et de sécurité insuffisantes, se produisent chaque année en Amérique latine »

Dans certains pays d’Amérique latine, tel que le Chili, le droit à l’avortement qui avait été acquis, a été annulé. Il faut y voir l’influence croissante des Eglises sur le continent latino-américain, en particulier des Evangélistes très actifs et totalement opposés à l’avortement.

> Tableau présentant la situation du droit à l’avortement dans le monde :
http://www.svss-uspda.ch/fr/facts/mondial-liste.htm

> Institut Guttmacher : de très nombreux articles sur les conséquences des avortements illégaux