UA-113291533-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/05/2013

Qui sont les fous ?

Hier fut encore une journée à marquer d’une pierre blanche à Buenos Aires … Parce que l’on célébrait le couronnement de Maxima, première reine d’origine argentine ? Que nenni.

Police Macri Borda - P12.jpgParce que la violence policière avait encore frappé, et qu’ils furent des milliers à descendre dans la rue pour condamner les brutalités de la police métropolitaine de Macri.

Cette fois-ci, comble du cynisme, la violence s’est déchaînée dans l’enceinte d’un hôpital. Le Borda est le plus ancien hôpital psychiatrique d’Argentine. Inauguré en 1865, sous le nom de Hospicio San Buenaventura,  il a été précurseur dans la recherche neurobiologique et psychopathologique.

3 mois après les violences du Parque Centenario, la police de Macri s’en est pris à une institution de santé publique. On n’arrête pas le progrès…

 

Que s’est-il passé au Borda ?

Le 26 avril, aux premières heures du jour, la police métropolitaine a fait irruption dans l’enceinte du Borda pour prendre possession de plusieurs bâtiments, servant d’ateliers aux patients de l’hôpital.

Cela fait déjà plusieurs mois que le gouvernement de la ville avait fait part de ses intentions de récupérer une partie du terrain, sur lequel est installé le Borda dans le quartier de Barracas au sud de Buenos Aires. L’objectif annoncé : y implanter des services du gouvernement local.


Agrandir le plan

 

Depuis cette annonce, les représentants de l’hôpital avaient élevé leur voix contre ce qu’ils considéraient comme une atteinte directe à la santé publique. Les syndicats quant à eux ont rapidement affirmé qu’il ne s’agissait, ni plus ni moins, que d’une manœuvre visant à récupérer du foncier, pour ensuite faire du développement  immobilier.

L’arrivée impromptue des policiers le 26 avril a rapidement entraîné des affrontements, médecins, infirmiers, patients, défendant l’atelier et le terrain de l’hôpital. Les journalistes avertis de l’opération se sont aussi vite retrouvés la cible de la répression policière. Au total, 80 personnes ont été blessées, parmi lesquelles 20 patients du Borda.

 

La réaction de Macri

Au lendemain des événements, Macri a de son côté dénoncé les violences exercées par le personnel, les patients du Borda, et par les syndicats de fonctionnaires… Il a refusé de répondre à la question de Pagina 12, qui lui demandait en conférence de presse s’il avait lui-même donné l’ordre de réprimer les opposants par la force.

 

La marche du 30 avril


Pendant que Maxima se faisait couronner de l’autre côté de l’Atlantique, une marche réunissant les fonctionnaires publics ainsi que de nombreux mouvements de la société civile, ont envahi l’avenue de mai. Les leaders syndicaux ont réclamé un « procès politique » de Macri et la démission du ministre de la Sécurité du gouvernement local, Guillermo Montenegro.

« Criminalisation des mouvements sociaux », refus du dialogue, violence policière… le tableau était plutôt noir en cette veille de 1er mai.

 

Photo de l'intro : issue de Pagina 12

20/10/2012

#8N, Argentina contra K : une menace sérieuse pour le gouvernement ?

Le 13 septembre, un cacerolazo massif de 200 000 personnes avait déjà envahi les rues de Buenos Aires, mais ce serait sans comparaison avec ce qui attend la capitale argentine le 8 novembre.

 

8N convocation.jpg

Je casserole, tu casseroles… nous casserolassons

Les cacerolazos, manifestations de rues menées au son des casseroles, sont une forme de protestation typiquement latino-américaine. Les premiers auraient eu lieu au Chili contre le gouvernement Allende, entre 1971 et 1973.

En Argentine, l’un des premiers cacerolazos mobilisateurs eut lieu pendant l’ère Menem. Les batteurs de marmites ont ensuite repris du service – et avec force – après l’effondrement de 2001.

Depuis le début de l’année 2012, si les chants éraillés des casseroles retentissent à nouveau à Buenos Aires, c’est que de nombreux citoyens argentins protestent contre les mesures économiques limitant l’accès au dollar, contre l’insécurité et la corruption.

 


#8N, de quoi s’agit-il ?

Le « mouvement » 8N qui annonce un cacerolazo géant pour le 8 novembre n’est que la continuation des cacerolazos épars qui se sont tenus depuis le printemps. Désormais plus structurés, les citoyens anti-K étendent leurs rassemblements.

Pour le 8 novembre, une manifestation monstre d’un million de personnes est attendue à l’Obélisque,

mais le reste de l’Argentine et du monde est également concerné puisque des rassemblements sont prévus un peu partout en province, ainsi que devant les ambassades argentines de très nombreux pays. Le site Argentina contra K en fait la liste.

Le #8N est symbolique de l’action citoyenne actuelle. Cybermilitante, essentiellement organisée via les réseaux sociaux, à travers Twitter #8Net plusieurs pages Facebook anti-k (El anti K ; Yo no vote a la Kretina y Usted, http://www.facebook.com/YONOLAVOTE ), elle se caractérise également par un message un peu confus, fonde sur un ras-le-bol généralisé. Sont mis en avant les freins aux libertés individuelles, les mensonges du gouvernement (notamment sur l’inflation) la corruption étendue, les compromissions entre pouvoir exécutif et judiciaire, …

Caserolazo 8N.jpg

Qui sont-ils les anti-K ?

On les présente le plus souvent comme des citoyens énervés, et pas forcement engagés politiquement, même si certains ne cachent pas leurs affinités avec Mauricio Macri, le gouverneur de Buenos Aires. La Nacion en a dressé un portrait dans son édition du 14 octobre.

Qu’il y ait des groupes manœuvrés par des partis politiques semble toutefois très vraisemblable.

 

Et qu’en penser ?

Difficile de se faire une idée objective. Quand les anti-K parlent d’une dictature kirchnériste, on est quand même loin de la réalité. La possibilité même d’organiser ses manifestations n’est-elle pas la preuve que la démocratie reste vivace en Argentine ? Et quand le bilan kirchnériste est considéré comme un désastre complet, il y a sans aucun doute erreur.

D’ailleurs si les anti-K font beaucoup parler d’eux ces derniers temps il ne faut pas oublier que les pro-Kirchner restent la majorité, même si les opinions positives ont tendance a s’effriter depuis le début de l’année.


Une chose est sûre, le climat argentin est tendu en cette fin 2012. Reste a voir ce qui se passera réellement le 8 novembre et quelle sera la réaction du gouvernement.