UA-113291533-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/11/2014

Les Gardiens de la Terre enchantent Buenos Aires

Des êtres étranges ont envahi ce week-end la Plaza San Martin, au cœur de Buenos Aires. À mi-chemin entre l’ange et le monstre, ces sculptures fantastiques ont fortement intrigué les passants et touristes, qui déambulaient profitant du doux printemps porteño. En s’approchant de plus près, l’on pouvait constater que ces œuvres étaient toutes faites de bouteilles en plastique… Plus qu’un projet artistique, les Gardiens de la Terre constituent une initiative remarquable de sensibilisation à la protection de l’environnement, un sujet qui en Argentine est pourtant loin d’occuper le devant de la scène.

escuelas verdes guardianes de la tierra.jpg


Le projet « Guardianes de la tierra »

C’est le Ministère de l’Education du Gouvernement de la Ville de Buenos Aires qui est à l’origine de ce projet hors-norme. Ayant placé l’éducation à l’environnement au centre de ses préoccupations, ce ministère propose à la communauté éducative de nombreux projets ayant trait à des thèmes, tels que l’efficacité énergétique, les énergies renouvelables, la gestion des déchets, etc.

guardian de la tierra plaza san martin.jpg

Pour la direction artistique du projet « Guardianes de la Tierra », le Ministère s’est adressé à l’artiste argentin Edgardo Nelson Rodriguez, célèbre pour ses œuvres à base de déchets et résidus. Celui-ci, en collaboration avec 25 écoles de la capitale argentine, a ainsi créé 70 personnages de gardiens de la terre, inspirés par les mythologies maya et égyptienne, mais aussi par des thématiques très porteñas (la gardienne du Riachuelo, pour ne citer qu’elle)... et des imaginaires très créatifs !

 

guardianes de la tierra.jpg

 

La matière première des sculptures : des bouteilles en plastique, découpées, peintes, assemblées, ciselées… Les Gardiens, qu’ils aient été réalisés par Edgardo Rodriguez ou par les élèves des écoles techniques, surprenaient par leur design mystérieux, parfois inquiétant, mais surtout onirique.

L’un des objectifs majeurs du Ministère de l’Education à travers ce projet était de rappeler l’importance du tri des déchets. Si dans quelques barrios de Buenos Aires, le tri sélectif commence petit à petit à s’installer, le travail est encore très long, avant que celui-ci ne devienne un réflexe.

 

plazan san martin kavanagh guardian de la tierra.jpg

 

 

La protection de l’environnement en Argentine

De fait, en Argentine, le « medio ambiente » (l’environnement) n’est pas précisément en haut de l’agenda politique… Tous ceux qui font du tourisme en Argentine peuvent être surpris au cours de leur voyage par des amoncellements de détritus, le plus souvent visible aux abords des villes. Les sacs en plastique prisonniers de branches, de buissons, etc. sont monnaie courante, y compris parfois à quelques kilomètres à peine de zones classées « Parc naturel ».

Pour l’heure, la protection du patrimoine naturel reste avant le fait d’organismes de la société civile. Parmi les ONG argentines de protection de l’environnement les plus actives, on peut citer la Fondation Proteger, la Fondation Habitat, l’association Banco de Bosques, Amigos de la Tierra, et bien sûr Greenpeace Argentina.

 

ONG Argentine, protection de l'environnement Argentine, associations et fondations argentine, Edgardo Nelson Rodriguez, Guardianes de la Tierra, escuelas verdes

Dans un tel contexte, le projet Guardianes de la Tierra même s’il reste symbolique au vu du nombre d’écoles touchées représente malgré tout une initiative louable en matière d’éveil de conscience écologique.

 

> Les sculptures seront visibles sur la place San Martin jusqu’à mercredi soir.

> Consulter la liste des ONG environnementalistes mise à disposition par le gouvernement.

 

Photos : Isabelle Laumonier

 

Commentaires

Ces oiseaux la mâtinés de l'art et de l'esthétique humaine sont des volatiles très expressifs

Écrit par : renz | 28/11/2014

Les commentaires sont fermés.