UA-113291533-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/05/2014

Soja, l’or argentin

Qui suit l’activité économique argentine sait que sans le soja, l’Argentine n’aurait jamais récupéré de la crise de 2001 comme elle l’a fait. En 2014, alors que les difficultés financières du pays ne sont plus à présenter, le soja va-t-il encore sauver l’économie argentine ?

Soja argentina.jpg

Source photo : INTA


Le soja en Argentine, une histoire d’amour récente

Si les premières cultures de soja en Argentine remontent à la fin du XIXe siècle, ce n’est qu’à partir de la fin des années 1960 que cette oléagineuse commence à connaître un timide succès commercial. En 1970, l’Argentine exporte ainsi 50 mille tonnes de soja. Peu à peu, les champs argentins commencent à se remplir de graines de soja ;  les innovations technologiques aidant, le rendement unitaire du soja devient de plus en plus élevé, rendant sa culture particulièrement lucrative. À la fin des années 1990, le soja transgénique entre dans la danse… avec le succès et les polémiques que l’on connaît.

Si l’on observe l’évolution de la production de soja sur les 30 dernières années en Argentine, on constate une courbe en constante augmentation.

évolution de la production de soja en Argentine.png
Source : UNC/ Universidad digital

 

En 2010, les exportations de soja atteignent le chiffre record de 50 millions de tonnes, soit 1000 fois qu’en 2070. Le développement marqué des exportations de soja sur la décennie 2000-2010 permet à l’Argentine, sortie exsangue de la crise financière en 2001, de sortir la tête de l’eau.

Ce sont les provinces de Cordoba, Santa Fe et Buenos Aires, qui se distinguent le plus dans la culture du soja. (image – soja en Argentine). Pour la campagne 2013-2014, on estime que 18 millions d’hectares ont été cultivés avec du soja.

 

soja en Argentine.jpg
Source : FYO

 

 

Aujourd’hui le prix du soja à la tonne se situe autour de 500 US$.

 

Le poids du soja dans l’économie argentine

L’Argentine est aujourd’hui l’un des trois grands leaders mondiaux de la production d’huile de soja et de farine de soja (avec les USA et le Brésil). Le soja représente près de 37% des exportations argentines, ce qui en fait le principal apporteur de dollars dans le pays.

Il contribue à hauteur de 5 % au PIB argentin. Sa part dans l’économie argentine a ainsi été multipliée par près de 400% depuis l’an 2000.

Autre rôle fondamental du soja : sa participation aux finances de l’État. En effet, les «droits d’exportation » (ou rétention fiscale) sur le soja s’élèvent à environ 35% de leur prix de vente, d’où un bénéfice considérable pour l’État argentin.

Quel scénario pour la campagne 2013-2014 ?

Les experts évaluent la récolte de soja sur 2013-2014 à près de 55 millions de tonnes. Selon l’Institut argentin d’analyse fiscal, le soja devrait ainsi rapporter près de 24 milliards de dollars à l’économie argentine et les droits d’exportation devraient quant à eux atteindre 8,2 milliards de dollars.

De quoi apporter un peu de respiration au gouvernement Kirchner, après une fin d’année extrêmement difficile pour la Banque centrale, dont les réserves en devises sont tombées à 27 milliards, son niveau le plus bas depuis 2006.

 

Exportations soja 2013-2014 argentine et part fiscale.png

Source : IARAF

 

Le trimestre de mars à mai est généralement appelé le « trimestre d’or » du fait des fortes entrées de devises liées aux exportations agricoles.

 

 

Monographies sur le soja argentin:

http://www.monografias.com/trabajos6/laso/laso.shtml

http://publicarg.com/agro/31origen.html

L’Argentine comme producteurs et exportateurs de grains (intéressante présentation de 2012)

Autres sources :

Association de la chaîne du soja argentine

Les échanges commerciaux de l’Argentine en février 2014 (données INDEC)

Statistiques FAO

Commentaires

Bonjour, (17/7/2014)
Je viens de lire votre info sur le soja argentin. J'ai ressenti quelques frissons en lisant votre article car il manque totalement d'esprit critique (svp vérifiez et comparez vos sources de données).
Dans votre article, vous ne présentez que des données officielles; c'est à dire des données basées sur le mensonge !!! (comme tout le monde le sait). Vous contribuez donc, en tant que Française, à véhiculer des informations erronées sur tout le Web.
Sachez qu'au lieu d'une production de 55 millions de tonnes de soja, l'Argentine n'en fera qu'à peine 15 millions si tout va bien. Les problèmes climatiques connus cette année en Argentine (sécheresse et inondations) en sont évidemment la cause.
Ce concept de mensonge est identique pour le blé et le maïs.
Les prévisions de production annoncées par les différentes sources officielles kirchnéristes sont évaluées uniquement pour faire payer un impôt prévisionnel anticipatif par les producteurs de grains.
Sachez aussi que le soja argentin n'est pas commercialisé (par les vrais producteurs) sur les quais du port de Rosario au prix de cotisation de la bourse de Chicago, les producteurs reçoivent des pesos et non des $USD.
Enfin, si la campagne "Soja 2013-2014" avait été si abondante, l'état des finances de notre chère Christina ne serait pas au bord du "default" !

Écrit par : frgosset | 18/07/2014

Bonjour,
Je suis un peu surprise par la relative véhémence de votre commentaire. J'ai cherché ici à présenter la progressive expansion du soja dans l'économie argentin, en proposant des données provenant à la fois d'études universitaires, des associations de producteurs, des principaux journaux argentins... et enfin du gouvernement.
Concernant le dernier paragraphe que vous contestez, je suis tout à fait preneuse de vos sources et ne verrai aucun inconvénient à apporter un rectificatif à l'article. L'idée bien sûr de ce blog est de donner des informations les plus fiables possibles. Cordialement, isabelle

Écrit par : isabelle | 05/08/2014

Les commentaires sont fermés.