UA-113291533-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/02/2014

Week-end pluvieux à Buenos Aires : que faire ?

« Se largo a llover »… Ca y est, il pleut des trombes sur la capitale argentine, et les prévisions météo ne prévoient de retour du soleil avant la fin de la semaine prochaine. A l’approche du week-end, voici un petit programme façon « Buenos Aires in the rain »… mais bien au chaud !

Ron Mueck Drift.jpg
Sculpture de Ron Mueck "Drift"


Les expos et musées que vous auriez ratés

S’il faut voir une exposition en ce moment à Buenos Aires, c’est sans doute celle de Ron Mueck à la Fondation ProA (La Boca). Après avoir connu un énorme succès à la Fondation Cartier à Paris, cette exposition s’est installée en novembre dernier à la Fondation ProA. L’artiste australien étonne, intrigue, interpelle avec ces sculptures de personnages ultra-réalistes, dans tous les formats.

Côté musées, si vous profitiez du week-end pour découvrir des musées un peu en marge des circuits officiels ? De notre côté, on a depuis longtemps un coup de cœur pour le musée Larreta à Belgrano. Et même sous la pluie, son jardin ne pourra que vous enchanter !

Museo Larreta.jpg

 

Autre option encore plus intimiste, le musée du sculpteur Yrurtia, non loin du barrio Chino, l’occasion de découvrir un artiste dont les œuvres se retrouvent dans les rues de Buenos Aires.

 

Les films que vous n’auriez pas vus

Sortez des sentiers battus, et profitez du cycle « Road Movies » au Malba. Ce week-end, vous pourrez le choix entre « It happened one night » de Franck Capra, « Aguirre, la ira de Dios » de Werner Herzog, ou encore « La Strada » de Fellini.

 

De la zikmu à tous les étages

Si vous en avez marre du tango, de la cumbia ou du rock national, foncez à l’Usina del Arte qui propose ce samedi un cycle Musique de chambre. Ambiance feutrée au programme ! L’occasion aussi de découvrir un très beau lieu de spectacles à la Boca.

A moins que vous ne préfériez une jam session ? Dimanche soir, au Boris club, les fans de jazz se régaleront avec le Boris Big Band.

Boris Big Band.jpg

 

Des bons petits plats midi et soir…

Puisque le traditionnel asado en plein air risque de ne pas être de rigueur, mieux vaut trouver des endroits sympathiques « para degustar o morfar » !

Ce WE peut être l’occasion de découvrir une puerta cerrada (ses restos qui n’ont pas pignon sur rue) ; par ex. Cocina Sunae (pas testé, mais dont on ne m’a dit que du bien !).

Dimanche, vous musarderez bien autour d’un brunch ? Un de nos préférés : le Malvon, on a envie de profiter de son ambiance cosy toute la journée.

 

Malvon Confiteria.jpg

 

 

Finalement, même sous la pluie, Buenos Aires a encore plein de choses à vous faire découvrir !

 

Commentaires

Chez nous, ce n'est même plus le déluge, c'est pire! La moitié du pays est sous l'eau...

Écrit par : Pomdepin | 08/02/2014

Hola Isabelle,
Comment allez-vous et quels sont vos projets à moyen terme après votre séjour en France?
Hier j'ai fait un commentaire un peu long suite à votre article concernant la dévaluation, j'avais envie de balancer un peu à propos de cette classe politique argentine encore plus irresponsable, perverse et autodestructrice que la nôtre! C'est vraiment le pays des occasions perdues.
Mon épouse qui est actuellement là-bas en a effectivement marre de la mousson porteno(a), comme la Bretagne chez nous; il parait que c'est de la faute des courants "Jet" des 2 hémisphères qui circulent à plus de 300 kms/heure et se sont déplacés plus au sud...
Félicitations pour vos articles, car les autres blogs français sont inertes: "Le petit Journal de B-A" ne produit, il cherche désespérement un partenaire; "le Petit Hergé" ne s'intéresse plus qu'au Dakar, "Buenos-Aires Connect" ne pense qu'à faire la fête.. compte-tenu du contexte actuel les portenos sont habitués à ne penser qu'au jour présent... ils ont raison car la dernière crise remonte à 2001!
Cordialement
Gérard Provost

Écrit par : Gérard | 09/02/2014

Cher Gérard,

Merci pour ta fidélité à mon blog !
Il est vrai que l'Argentine est dans une passe bien compliquée; rien cependant qui ne surprenne les Argentins, très habitués aux cycles de crise. C'est peut-être là le plus étonnant pour nous, avec notre regard étranger; cette capacité à encaisser les crises d'un simple haussement d'épaule ! Cela étant, peut-être faudrait-il justement que ceci change... car on n'est pas loin de la fatalité. Or une crise tous les 10 ans ne devrait quand même pas être une fatalité !! Je suis sûre que ton petit-fils avec sa double-culture sera un observateur attentif des événements du pays, et plus encore qu'il en sera un acteur engagé dans les changements nécessaires, pour que l'Argentine sorte de son fameux "modèle" (dont on ne peut pas dire qu'il soit très vertueux). Bien à toi, Isabelle

Écrit par : isabelle | 15/02/2014

Les commentaires sont fermés.