UA-113291533-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/10/2011

Los colectivos de Buenos Aires

Le colectivo argentin, qui n’est rien autre que le bus,  est à la fois une institution, un danger public et une raison de pester quasi-quotidienne. C’est en parcourant le quotidien Clarin, ennemi juré du gouvernement de CFK, que j’ai soudain réalisé que c’était aussi un enjeu politique de première importance !

Le 9 octobre dernier, Clarin faisait sa une sur les subventions record accordées aux entreprises de colectivos. Bizarre come « une » ? Para nada. Les bus jouent ici un rôle considérable.

Le « colectivo » fait partie intégrante du paysage argentin, et surtout porteño. 16 000 bus couvrent le réseau de la capitale argentine, alors que dans le même temps il n’existe que 6 lignes de métro au tracé quasi-identique, des rayons qui convergent vers le centre (cf. ci-dessous plan du subte)…sans presque aucune connexion entre eux. Compte tenu de la capacité extrêmement limitée du métro face à  la taille de la métropole et de ses trajectoires qui ne rendent pas toujours service, le colectivo est un moyen de se déplacer essentiel.red-subte-buenos aires.jpg

Sur la métropole de Buenos Aires, au mois d’août 2011, sur les 206 millions de trajets effectués, 72% l’ont été en bus, 14% en métro, et 14% en train (source : Clarin, INDEC). On voit l’ampleur du phénomène.

Indispensable, donc, le colectivo. Mais alors… quel enfer ! Le chauffeur de bus argentin est bien souvent un sans foi ni loi, doublant de manière excentrique, roulant à vitesse excessive en pleine ville (mi-septembre, un chauffeur a franchi une barrière de signalisation en train de s’abaisser ; le bus est entré en collision avec un train provoquant la mort de 11 personnes et en blessant 200 autres), ne s’arrêtant pas toujours quand vous levez le bras (soit il regardait de l’autre côté, soit il n’a pas le temps, soit il n’a pas envie…).

De plus, le système de bus est tout simplement inaccessible aux novices. Pour un étranger arrivant à Buenos Aires, apprendre le fonctionnement des colectivos s’approche du chinois et je n’exagère en rien. Impossible de comprendre où sont les arrêts, pas d’indication sur le nom-même des arrêts, pas de plan indiquant le trajet des bus, des bus passant à fréquence aléatoire (il faut parfois attendre 30 voire 45 minutes que le bon passe…). D’où l’existence d’une bible des bus : la guia T. Cela dit, même avec la bible en poche, on ne comprend toujours pas à quel endroit précis doit se prendre le bus (où s’arrêter). La pratiques, messieurs dames, la pratique… Il n’y a que ça de vrai !

mercado.JPG Pasan colectivos...

Revenons à Clarin qui s’est énervé le week-end dernier. Il faut savoir qu’à Buenos Aires, les bus, moyens de transports publics, appartiennent à des entreprises… privées. Pour maintenir à des tarifs accessibles le prix des trajets, le gouvernement subventionne donc lourdement le secteur. D’après les données du quotidien (qui rappelons-le est toujours en verve quand il s’agit de critiquer le gouvernement), les subventions mensuelles accordées aux entreprises de colectivos s’élèvent désormais à 1, 105 milliard de pesos / mois (ce qui sur la capitale, correspond à 54 375 pesos par bus en circulation).

C’est à ce prix-là que le trajet de bus sur la capitale conserve le prix moyen dérisoire de 20 centimes  (1,20 pesos)!

 

Une étude de l’association pour les politiques publiques indique qu’entre 1997 et 2008, 46 166 personnes ont perdu la vie dans des accidents de la route en Argentine, dont 3 386 dans un choc contre un bus ou autre véhicule « lourd ». Sur l'année 2008, l'étude indique que 6% des victimes de la route sont décédées suite à un choc avec un bus.

 

Les commentaires sont fermés.