UA-113291533-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/11/2015

Un jour de pluie au MALBA

Il faut bien l'avouer, l'art moderne nous laisse parfois interloqué... Vendredi dernier, alors que les Porteños se réveillaient sous la flotte en se demandant comment ils allaient donc pouvoir profiter de leur jour férié, une option évidente s'imposait : faire un tour au musée ! Combien les musées doivent apprécier les jours de pluie à Buenos Aires ;-)

L'auteur du blog ne fit pas exception à la règle, et emmena une amie française de passage au MALBA, le musée d'art latino-américain de Buenos Aires, qui se dédié principalement à l'art moderne. Si certaines expositions temporaires du MALBA font un carton de par leur qualité et la renommée des artistes (Julio Le Parc, Yayoi Kusama, Leon Ferrari...), celles visibles en ce moment présentent un niveau d'accessibilité bien moindre. Difficile de savoir si l'on est vraiment incapable soi-même de comprendre ce que l'artiste veut dire, ou si ce que l'artiste dit résonne un peu pour nous comme un "n'importe quoi". 

Quelques oeuvres de Francis Alÿs (expo "Récit d'une négociation") nous ont sortis de notre torpeur, tandis que l'Ere métabolique, exposition autour de l'Oeuf de Federico Manuel Peralta nous laissait dans un état de perplexité absolue !

francis-alys-affiche expo.jpg
Affiche de l'Expo "Récit d'une négociation" - Francis Alÿs (MALBA)

 

 

 


A peine entrés au Malba, vous découvrez en contrebas de l'escalier un oeuf énorme sortant d'une porte... Une ponte à l'échelle d'une poule géante ! Cet oeuf est la reproduction d'une oeuvre de l'artiste argentin Federico Manuel Peralta, datée de 1965, qui a inspiré la curatrice de l'expo. Le titre de l'expo nous indique que l'oeuf doit nous montrer en quoi Perralta avait ainsi prédit Internet... 

On apprend que "le monde en dehors de l'oeuf est une sorte de sirène digitale, moitié cybernétique, moitié idiotie". Une fois lue cette explication, l'abîme d'incompréhension semble se creuser encore plus. On aimerait que les curateurs utilisent parfois des termes plus accessibles quand ils souhaitent nous faire partager leur enthousiasme pour des oeuvres, sous peine de n'éveiller que nos moqueries et notre sentiment du ridicule.

oeuf federico manuel peralta.jpg
Le fameux oeuf (photo: MALBA)

 

Au premier et au 2e étage du musée, vous découvrez une 2e exposition consacrée à l'artiste Belgo-Mexicain : Francis Alÿs. On y découvre là un art engagé visant à dénoncer des situations sociales et politiques très complexes : Afghanistan, détroit de Gibraltar, Mexique... Là aussi, tout est loin d'être facile à comprendre -on est loin de l'émotion esthétique- mais l'on sent malgré tout que l'art intervient ici comme un véritable témoignage, une vision alternative sur des situations explosives où les populations se retrouvent spectatrices et souvent victimes de conflits. 

 

On retiendra notamment le cercle de mitraillettes en bobines de cinéma, qui nous a semblé d'une frappante actualité... On se mit soudain à rêver d'un monde où l'art serait plus fort que la mitraille...

 

Francis Alÿs MALBA.JPG
Artiste : Francis Alÿs exposé au MALBA (Buenos Aires) - Photo : I.Laumonier

 

 

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.