UA-113291533-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/02/2014

Chili – Pérou : nouvelles frontières…

Ce n’est pas tous les jours que des frontières nationales sont modifiées. Et pourtant c’est qui s’est produit cette semaine avec une décision de la Cour de Justice internationale de la Haye, qui a statué en faveur d’une rectification des frontières maritimes entre le Chili et le Pérou.

Le grand gagnant : le Pérou, qui gagne ainsi des kilomètres carrés d’Océan Pacifique… et d’importantes richesses halieutiques. Quand la pêche devient une affaire d’État !

frontière chili-pérou,cour de la haye,différend maritime,pêche de l'anchois,pêche en amérique latine

Graphique : Arrêt de la Cour de la Haye


Cela faisait 5 ans qu’une procédure était engagée auprès de la Cour de Justice de la Haye pour résoudre le différend maritime qui opposait le Pérou au Chili. La zone maritime en jeu représentait 38 000 kms2 et, selon le Pérou, près de 200 millions de dollars annuels de pêche.

La frontière qui prévalait jusqu’à présent correspondait à une ligne tracée (par le Chili) de forme latitudinale à partir d’un point de la côte appelée Concordia. Le Chili estimait par ailleurs comme haute mer des eaux que le Pérou réclamait comme eaux territoriales péruviennes.

Historiquement, le point de départ du différend maritime est la conséquence de la guerre du Pacifique qui opposa le Chili au Pérou et à la Bolivie au 19e s. En 1883, le Pérou s’incline, perd les provinces de Tacna et Arrica, pour une période de 10 ans. Pendant près de 40 ans le conflit autour de ces 2 zones perdure, jusqu’au Traité de Lima (juin 1929), qui fixe Concordia comme limite entre les 2 pays (Tacna redevenant péruvienne, tandis que le Chili conservait Tarica). Dans les décennies qui suivent, commence à être discutée la question stratégique de la frontière maritime, le Chili s’adjugeant des droits que le Pérou n’a cessé de contester depuis lors.

 

Se battre pour sa part d’océan n’a rien d’anodin…

L’arrêt rendu le 27 janvier 2014 par la Cour de la Haye agrandit de manière très significative les eaux territoriales péruviennes. 

frontière chili-pérou,cour de la haye,différend maritime,pêche de l'anchois,pêche en amérique latine

 

Toutefois, il laisse au Chili des eaux très prolifiques en anchois. Qu’importe, dites-vous ? Que nenni ! L’anchois vaut son pesant d’or ! Selon la FAO (étude de 2005), le commerce de l’anchois est passé de 30 millions de dollars en 1976 à 400 millions de dollars en 2005.

Le fameux « anchois du Pérou » (que l’on trouve aussi dans les fameuses eaux disputées) représente 70 à 80% du volume mondial des anchois pêchés. Il est utilisé avant tout sous forme de farine et d’huile de poisson.

Le Pérou n’a certes pas réussi à faire main basse sur la pêche d’anchois chilienne ; toutefois les nouvelles frontières vont lui donner accès à d’autres ressources, telles que le thon, la dorade coryphène, ou encore le maquereau … De quoi satisfaire l'industrie poissonnière !

 

 

>> Voir l’enquête de l’IRD sur l’anchois du Pérou

Les commentaires sont fermés.