UA-113291533-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/11/2013

La vie en autarcie dans un quartier fermé argentin

Je relaie ici un très bon article d'Alice Pouyat, publié cette semaine dans Madame Figaro, sur Nordelta, un quartier fermé ("barrio cerrado") situé sur la commune de Tigre, à quelque 30 kms de Buenos Aires.

Vidéo de promotion de Nordelta


Les barrios cerrados, aussi appelés "countries" se sont multipliés à partir des années 90 et ont attiré les riches porteños, qui y ont acheté ou s'y sont fait construire des maisons secondaires... parfois devenues résidences principales.

L'article d'Alice Pouyat revient sur l'exemple assez frappant de Nordelta, qui compte abriter jusqu'à 100 000 habitants.

Les promoteurs de ce country clament sur la page internet "Nordelta, es vivir muy bien"... autrement dit, dans une bulle à l'abri de tout, de l'insécurité, des problèmes de transport de Capital Federal, mais peut-être aussi à l'abri de toutes poursuites !

Ces quartiers privés ultra-sécurisés sont aussi des paradis parfaits pour des personnes recherchées... Un citoyen mexicain accusé d'homicide dans son pays vient ainsi d'être arrêté à Nordelta, qui promet désormais de demander ses antécédents pénaux à tout futur acquéreur ou locataire !

 

> Lire l'article d'Alice Pouyat sur Nordelta

 

Les commentaires sont fermés.